Lettre à la société civile

Lettre ouverte à la société civile, 

 

 

Le quotidien, c’est l’intolérable domination des médias aux mains des puissances économiques sur l'opinion, bafouant la démocratie en bloquant toutes transitions qui nuiraient à leurs intérêts. Le changement climatique et la misère peuvent attendre…

Notre préoccupation, c’est l’incapacité de la presse alternative à toucher le plus grand nombre, là où est le besoin.

Pas de demande exprimée, pas d’offre ? La loi du marché doit-elle s’appliquer à l’information ? Non, la pluralité est un besoin pour tous, même quand il n’est pas ressenti. Il doit être stimulé, notamment par une offre diversifiée facilement accessible.

Difficile ? Même pas. Le lancement du magazine mensuel et national, Demain en mains se fera à 300 000 exemplaires au prix de 20 cts. Petit prix et présentation attrayante, il ne reste plus qu’à le mettre bien en vue dans les lieux fréquentés par son futur lectorat. Les circuits habituels de diffusion ne sont pas adaptés.

Cette indispensable action complémentaire relève de la responsabilité de la société civile, c'est-à-dire nous.  Qui d’autre le ferait ?

Le geste citoyen à accomplir en regard d’un problème aussi grave est d’une facilité surprenante : avancer 6 € pour recevoir 30 magazines chaque mois et les répartir dans 2 ou 3 présentoirs- tirelires préalablement disposés dans des magasins, bars, mairies, salles d’attente, comité d’entreprise… Très peu de temps et d’argent, le projet est accessible à tous !

Il y a bien d’autres manières de diffuser mais celle-là est notre préférée.

Vous êtes invité à coopérer à un projet généreux, émancipateur et fraternel où vous compterez parmi les 10 000 pionniers qui vont réussir cette première.  

Nous approchons le millier de personnes engagées. Avec vous, nous allons pouvoir faire découvrir à des publics dont nous sommes aujourd’hui coupés qu’il y a d’autres façons de faire de l’économie, équitablement et sans nuire.