L'EDITORIAL

L'éditorial du numéro zéro

Ce numéro zéro est particulier. Il ne s’adresse pas directement à son futur lectorat mais à vous, citoyens conscients des graves problématiques que génèrent nos modes de vie consuméristes. Parce que vous êtes susceptibles de participer à une belle aventure : faire en sorte qu’un jour prochain, ce magazine soit lu par un très large public de parents, amis, voisins ou collègues de travail… Autant d’acteurs qu’il faut gagner à l’idée que nos modes de vies doivent changer. Beaucoup sont perçus comme indifférents ou résignés, est-ce si surprenant, vu le fatalisme ambiant et notre impuissance face à l’énorme emprise des grands médias sur l’opinion ?

« L’argent mène le monde », comme le dit l’adage populaire. Pour retrouver la voie d’un avenir durablement viable, c’est logiquement à la perversion de notre modèle économique qu’il faut s’en prendre en priorité. C’est la bonne piste, voire le passage obligé vers les autres transitions.

Demain en mains est pour cela entièrement dédié à l’Economie Sociale et Solidaire qui se doit d’être aussi Ecologique (ESSE). Ce modèle séduit quand on en connaît les valeurs et ses pratiques. Elles sont déjà en œuvre dans bon nombre d’entreprises où elles pèsent quand même quelque 8 % de notre PIB sans que cela soit connu de l’opinion. De fait, cette méconnaissance qu’en a la majorité de nos concitoyens est un obstacle majeur à son développement.

Une formidable opportunité d’agir efficacement en faveur du changement s’offre à nous ! Nous avons en effet chacun le pouvoir d’amener notre entourage à découvrir progressivement qu’un autre monde est non seulement possible, mais qu’il existe déjà de manière disséminée mais exemplaire.

Très concrètement, à contre courant du fatalisme ambiant, avec Demain en mains, il s’agit de porter à la connaissance du plus grand nombre que l’ESSE a vocation à se substituer petit à petit au système dominant. Il y a là sous nos yeux un vaste champ à défricher afin que les vertus humaines y reprennent le dessus sur le profit à n’importe quel prix.

En gagnant ensemble le pari d'un tirage initial à 300 000 exemplaires, une première complètement à notre portée, nous mettrons en marche un processus qui, s’en prenant aux racines du mal, la désinformation et les perversions de l’argent roi, doit naturellement mener à des transformations sociétales profondes. D’autant que Demain en mains s’inscrit avec d’autres moyens complémentaires dans un projet global : le Plan ESSE.

Bonne découverte ! Alain Duez