État des lieux

« Le niveau de vie des américains n’est pas négociable » Bush père, Rio 1992 

  • POURQUOI IL EST DIFFICILE DE PENSER LE FUTUR ?

    L’urgence est à l’imagination ! Dans un monde qui semble se détériorer socialement et
    écologiquement à vitesse grand V, il est grand temps de se pencher sur nos habitudes, mais aussi et surtout sur notre système afin d’en changer. Pas si simple, nous explique Mark Fisher dans son livre de philosophie politique Le Réalisme Capitaliste.
  • LA FRANCE A VOTÉ !

    La France a voté mais les idées de l’écologie radicale ont été largement absentes du débat. Qui pour parler de sobriété, de ralentissement, de relocalisation ? Qui pour clamer que l’essentiel n’est pas de vouloir gouverner (vieille illusion sur la toute-puissance du politique) mais de rendre le pouvoir au peuple ? Qui pour dire qu’il faut en finir avec les solutions technocratiques et centralisatrices pour avancer vers une démocratie de ceux/celles d’en bas, une démocratie des territoires locaux, celle du municipalisme, celle du communalisme.
  • ÉLECTIONS PIÈGE À CONS ?

    On connait la rengaine. Et une fois de plus, les élections présidentielles qui viennent d'avoir lieu la confirme. Un piège terrible qui rend les gens cons. Un piège qui divise, personnalise et exacerbe les haines, les tensions, les postures au lieu d'éclairer les débats, de poser les bases à des désaccords féconds, des controverses fertiles.
  • LA DÉCROISSANCE OU LA GUERRE !

    La guerre est le résultat de l’hybris, de cette société de croissance qui nous pousse à produire toujours plus pour consommer plus. Cela entraîne des pressions, des tensions sur les matières premières, les territoires.

Notre projet

EnSavoir+