LA FRANCE A VOTÉ !

La France a voté mais les idées de l’écologie radicale ont été largement absentes du débat. Qui pour parler de sobriété, de ralentissement, de relocalisation ? Qui pour clamer que l’essentiel n’est pas de vouloir gouverner (vieille illusion sur la toute-puissance du politique) mais de rendre le pouvoir au peuple ? Qui pour dire qu’il faut en finir avec les solutions technocratiques et centralisatrices pour avancer vers une démocratie de ceux/celles d’en bas, une démocratie des territoires locaux, celle du municipalisme, celle du communalisme.

urne bulletin

 

Cette élection était perdue dès lors qu’elle devenait l’occasion de relégitimer le nucléaire, devenu subitement une énergie verte, une énergie propre, sans danger. Cette élection était perdue dès lors qu’elle ne permettait pas de se prononcer contre la fuite en avant dans la révolution NBIC (nanotechnologie, bactériologie, sciences de l’information et de la communication), dès qu’elle ne remettait pas en cause la pouvoir de la techno-science sur nos existences… Cette élection était perdue dès lors qu’elle ne permettait pas de dire que l’essentiel était de construire une écologie des revenus avec un plancher (justice sociale oblige) et un plafond (justice écologique oblige)… Cette élection était perdue dès lors qu’elle ne remettait pas en cause le mythe d’une croissance économique salvatrice, qu’elle soit bleue, rouge, verte, rose ou même brune…

Le troisième tour sera certes celui des législatives et des luttes sociales, mais il sera aussi celui des mille et une alternatives qui s’inventent au quotidien pour rendre la parole aux gens, pour desserrer l’étau du capitalisme et du productivisme… Il n’y a pas de sauveur suprême : ni Dieu, ni César, ni Tribun…C’est au peuple d’imposer maintenant ce dont il a tant besoin, c’est au peuple de retrouver, chaque jour, un peu plus de pouvoir de vivre et d’agir ! N’attendons rien de nos élus… Exigeons qu’ils nous écoutent et entendent !

Oui, une vraie démocratie des usagers maîtres de leurs usages est possible ! Commençons pour cela par remettre en cause la séparation entre les puissants et les autres, entre les sachants et les autres, entre les élus et le peuple ! Avec nos bulletins de vote refusons la professionnalisation de nos députés ! La réduction du nombre de mandats (législatifs et autre) est une nécessité démocratique. Aux partis de nous entendre…et de bien choisir leurs candidats ! Personne ne devrait faire carrière dans la représentation des autres !

 

Paul Ariès vient de publier deux livres jeunesse, J’veux plus manger de viande (Golias, avril 2022) et La révolte d’un jeune spartiate (éditions Pomarède et Richemont)

Notre projet

EnSavoir+

Sur le même thème

  • ÉLECTIONS PIÈGE À CONS ?

    On connait la rengaine. Et une fois de plus, les élections présidentielles qui viennent d'avoir lieu la confirme. Un piège terrible qui rend les gens cons. Un piège qui divise, personnalise et exacerbe les haines, les tensions, les postures au lieu d'éclairer les débats, de poser les bases à des désaccords féconds, des controverses fertiles.
  • POURQUOI IL EST DIFFICILE DE PENSER LE FUTUR ?

    L’urgence est à l’imagination ! Dans un monde qui semble se détériorer socialement et
    écologiquement à vitesse grand V, il est grand temps de se pencher sur nos habitudes, mais aussi et surtout sur notre système afin d’en changer. Pas si simple, nous explique Mark Fisher dans son livre de philosophie politique Le Réalisme Capitaliste.

Que pensez-vous de notre nouveau site ?

Choix