QU'EST-CE QUE LE JEÛNE ?

Tandis que l'équipe de l'Académie Médicale du Jeûne a démarré, dimanche 18 septembre, sa marche en faveur du jeûne depuis le Mont Saint-Michel, nous vous proposons un dossier détaillé sur cette pratique.

Groupe Jeûne Mont-Saint-Michel
© Académie Médicale du Jeûne. 

Aujourd'hui, première question : Qu'est-ce que le jeûne?

Définition

Si le terme évoque à chacun de nous la privation de nourriture, la variété des motifs idéologiques ainsi que les multiples pratiques imposent un point de définitions.

Techniquement, le jeûne commence véritablement après 16h de privation de nourriture.[1] Néanmoins, après 8 heures sans manger, nous entrons déjà dans une phase nommée « post absorptive », dans laquelle notre organisme se met à fonctionner différemment. C’est pourquoi lorsque nous allons faire une prise de sang le matin, sans avoir mangé, nous sommes « à jeun ».

Du côté de la pratique, on peut distinguer plusieurs types de jeûnes :

  • Complet : seul l’ingestion d’eau sera permise.
  • Partiel : un apport calorique d’environ 300 kcal/jour sera autorisé.
     
  • Continu : durée de plusieurs jours consécutifs.
  • Intermittent : Il y a plusieurs façons de réaliser un jeûne intermittent. On peut, par exemple, jeûner un repas par jour ou bien un jour par semaine.

 

Fonctionnement

Pour fonctionner au quotidien, notre corps et en particulier notre cerveau utilise du glucose. Mais en période de jeûne, voilà qu’il se trouve privé de cette substance nécessaire à sa survie. Il va devoir s’adapter. On peut alors distinguer 3 grandes étapes.

Etape 1 : la phase protéique
Se trouvant privé de son stock de glucose au bout de 24h, le corps va réagir rapidement en transformant ses réserves protéiques, autrement dit ses muscles.

Etape 2 : la phase cétonique
L’ étape 1 n’étant pas viable à long terme, au bout de 3 jours environ, le corps va faire appel à ses réserves lipidiques, les graisses. Grâce au foie, il va fabriquer un substitut de glucose nommé « corps cétonique. ». L’ utilisation des protéines sera alors limitée, et les muscles seront préservés. Cette période peut durer plusieurs semaines.

Etape 3 : La phase terminale
Cette phase n'a été étudiée que chez les animaux. Lorsque la majorité des graisses est épuisée (80% selon une étude réalisée sur les manchots empereurs[2]), le corps recourt à nouveau à la consommation de ses protéines. Si l’individu n’est pas réalimenté rapidement, la mort est généralement l’issue à court terme.

Notons que la période durant laquelle un individu peut jeûner varie en fonction de son métabolisme et de sa masse graisseuse de base. Pour donner une idée, selon le documentaire, Le jeûne, une nouvelle thérapie?, un adulte de 1m70 et pesant 70kg dispose en moyenne de 40 jours de réserve.

Retrouvez-nous demain pour la suite : Une brève histoire du jeûne. 

Aller plus loin : 
Cet article se base sur 2 sources majeures : 

 


[1] https://www.inserm.fr/wp-content/uploads/2017-11/inserm-rapportthematique-evaluationefficacitejeune-2014.pdf. Voir la page 15 sur ce point précis.

[2] Robin, J. P., M. Frain, C. Sardet, R. Groscolas and Y. Le Maho (1988). "Protein and lipid utilization during long-term fasting in emperor penguins." Am J Physiol 254(1 Pt 2): R61-8

 

Notre projet

jeparticipe

 

Que pensez-vous de notre nouveau site ?

Choix